Au Théâtre du Peuple de Bussang, avec ton coussin tu iras.

Publié le par claire audhuy

Festival de la troisième fesse

      Le vieux théâtre en bois de Maurice Pottecher résonne depuis plus de 110 ans dans les montagnes : ses bons vieux bancs grinçants participent de ce chant dans la vallée. Chaque été on y joue de nouvelles pièces, dont actuellement l’extraordinaire épopée chevaleresque d’Un cœur mangé. Pour « faire face » aux trois heures coutumières de spectacle assis à même le chêne, les estivaux se donnent le tuyau d’année et année, et Bussang se transforme en défilé de coussins en tous genres. Pour les béotiens ou distraits, un stand de coussins propose des ouvrages aux couleurs des pièces de l’été.  

Couché dans l’herbe, placé sur une chaise de jardin, à même la terre vosgienne, dans les bras, empaqueté, ensaché, à pois, rayé, coloré, démodé, en plumes, à poils, rouge, noir, jaune, bleu, blanc, gris, orangé, en patchwork, flambant neuf, passé de main en main depuis de longues générations, lavé pour l’occasion, amidonné, troué, fait main, grande distribution, collector, vintage, perle rare, sage, déluré, deux places, de poche : les coussins de Bussang ont la parole.


  
 
 
 


Chaque année, ce sont donc 20 000 [1] coussins qui partent en transhumance sur les traces de Maurice Pottecher et de la tradition d’un théâtre populaire !

 


[1] Le Théâtre du Peuple de Bussang accueille 20 000 spectateurs chaque été. Chiffres tirés du site du Théâtre du Peuple.


Publié dans théâtre

Commenter cet article