"Créer, c'est résister. Résister, c'est créer"

Publié le par BC


En mars 2004, à l'occasion du 60e anniversaire de l'adoption clandestine du Programme du Conseil national de la Résistance (CNR), les Résistant(e)s de la première heure en rappellent les engagements forts.


 

Appel du Conseil National de la Résistance face à la Crise (réalisation : Alternatives-images)


Les signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey.


Le Programme du CNR revendiquait entre autres : 
  • le châtiment des traîtres et à l’éviction dans le domaine de l’administration et de la vie professionnelle de tous ceux qui auront pactisé avec l’ennemi ou qui se seront associés activement à la politique des gouvernements de collaboration
  • la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression; la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent et des influences étrangères
  • l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie
  • le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques
  • un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État.

    Parmi les mesures envisagées et appliquées à la Libération, citons la nationalisation de l'énergie, des assurances et des banques, la création de la Sécurité Sociale... Ces actions ont constitué jusqu'à aujourd'hui une grande partie des acquis sociaux de la seconde partie du XXe siècle.

    • En 1946 :
      • Semaine de 40 heures,
      • Nationalisation du gaz et de l’électricité,
      • Augmentation de +18% des salaires.
    • En 1947 :
      • Création du SMIG,
      • Prélèvement exceptionnel des hauts revenus.

    // Denis Kessler, ancien vice-président du MEDEF, a déclaré dans le magazine Challenges (4 octobre 2007) qu'il fallait "défaire méthodiquement le programme du CNR" en précisant : "le gouvernement s'y emploie".
    (source :
    Wikipédia)


    + plus de précisions sur Attac-France, à l'origine de différents projets autour de cette commémoration.

Publié dans politique

Commenter cet article