La prison, « cette technologie du pouvoir sur le corps »

Publié le par BC

Martine Franck

 

« Que les punitions en général et que la prison relèvent d’une technologie politique du corps, c’est peut-être moins l’histoire qui me l’a enseigné que le présent. Au cours de ces dernières années, des révoltes de prisons se sont produites un peu partout dans le monde. Leurs objectifs, leurs mots d’ordre, leur déroulement avaient à coup sûr quelque chose de paradoxal. C’étaient des révoltes contre toute une misère physique qui date de plus d’un siècle : contre le froid, contre l’étouffement et l’entassement, contre des murs vétustes, contre la faim, contre les coups. Mais c’étaient aussi des révoltes contre les prisons modèles, contre les tranquillisants, contre l’isolement, contre le service médical ou éducatif.

 

Révoltes dont les objectifs n’étaient que matériels ? Révoltes contradictoires, contre la déchéance, contre le confort, contre les gardiens, mais contre les psychiatres ? En fait c’était bien de corps et de choses matérielles qu’il était question dans tous ces mouvements, comme il en est question dans ces innombrables discours que la prison a produits depuis le début du dix-neuvième siècle. Ce qui a porté ces discours et ces révoltes, ces souvenirs et ces invectives, ce sont bien ces petites, ces infimes matérialités.


Libre à qui le voudra de n’y voir que des revendications aveugles ou d’y soupçonner des stratégies étrangères. Il s’agissait bien d’une révolte, au niveau des corps, contre le corps même de la prison. Ce qui était en jeu, ce n’était pas le cadre trop fruste ou trop aseptique, trop rudimentaire ou trop perfectionné de la prison, c’était sa matérialité dans la mesure où elle est vecteur et instrument de pouvoir ; c’était toute cette technologie du pouvoir sur le corps, que la technologie de l’ « âme » — celle des éducateurs, des psychologues et des psychiatres — ne parvient ni à masquer ni à compenser, pour la bonne raison qu’elle n’en est qu’un des outils.


C’est de cette prison, avec tous les investissements politiques du corps qu’elle rassemble dans son architecture fermée que je voudrais faire l’histoire. Par un pur anachronisme ? Non, si on entend par là faire l’histoire du passé dans les termes du présent. Oui si on entend par là faire l’histoire du présent. »

 

surveiller et punir






Michel Foucault

Surveiller et punir. Naissance de la prison (1975)

 Paris, Gallimard, « Tel », 1995, (p. 39-40).


Photo : ©Martine Franck "Michel Foucault chez lui, à Paris", 1978.

Publié dans littérature

Commenter cet article