Nouveau rapport de Médecins du Monde sur l'accès aux soins des plus démunis

Publié le par plate-forme

 

« Médecins du Monde »  (MdM) a rendu public hier son rapport sur l’accès aux soins des personnes les plus démunies. Le diagnostic de l’ONG ne ressemble pas aux rapports des années précédents, notamment à cause des mesures de durcissement prises par le gouvernement. Les patients sont triplement victimes, précise « Médecins du Monde » : exclus, ils sont les premiers touchés par la crise économique qui a touché le pays et sont désormais la cible des ministères de l’Intérieur de l’Immigration.

Nous publions cette synthèse suite à notre rencontre avec Jean-Maurice Salen, médecin engagé à Médecins du Monde.

Pour un aperçu de l’accès aux soins des personnes les plus démunies en Europe, voir notreFocus.

Image 1-copie-10 

 

 

Hausse des fréquentations

Médecins du Monde (MdM) a noté une augmentation de 17% des fréquentations médicales entre 2007 et 2009. Le nombre de patients mineurs a crû de 30% en 1 an : plus de la moitié (50,6%) ont moins de 7 ans.

 

Retard aux soins

Le retard aux soins est passé de 11% à 22% entre 2007 et 2009 (+17% en 2008).

La moitié des femmes interrogées ont un retard dans leur suivi de grossesse. Chez les Roms, seulement 1 femme sur 10 est suivie dans sa grossesse.

15% des patients ayant un accès retardé aux soins souffrent de pathologies nécessitant un traitement à long terme.

70% des patients accusent un retard de soins dentaires.

La domiciliation (dans 29% des cas) est la principale raison de l’absence de couverture maladie (81% des patients qui bénéficient en droit d’une couverture maladie n’en ont aucune lors de leur première visite à MdM).

Seulement 1/3 des enfants de moins de 7 ans sont à jour dans leurs vaccinations. ¼ seulement des enfants roms.

 

Les barrières

Suite aux mesures de restrictions de l’immigration prises par le gouvernement, MdM a été peu à peu contraint à mettre en place les mesures d’urgence réservées habituellement à l’international (à Calais, Saint-Denis et Dunkerque, notamment). Les expulsions et les démantèlements de camps (roms) se sont poursuivi alors que MdM était en mission, à Saint-Ouen, à Calais et à Dunkerque. Du matériel médical et sanitaire (citernes) a été détruit ou démantelé.

Des mineurs isolés ou des mineurs dont les parents dépassent le seuil d’attribution de l’AME et qui ne peuvent pas prétendre aux soins d’urgence ne sont pas du tout suivis médicalement.

 

Projet de loi Besson et accès aux soins

Plusieurs dispositions relatives à l’AME sont discutées dans le cadre de ce projet de loi :

-instauration d’une contribution financière de 30€ pour les bénéficiaires de l’AME et suppression de la gratuité des franchises médicales et du forfait hospitalier.

retour sur le droit au séjour pour raisons médicales qui attribuait aux étrangers le droit de résider en France pendant un an pour se faire soigner : le projet de loi prévoit de renvoyer dans leur pays d’origine ces étrangers malades, même s’ils ne peuvent y accéder à des soins pour des raisons raciales ou économiques.

 

 

 

 

Publié dans santé

Commenter cet article

Pascal Koenig 13/10/2010 12:12



On ne peut que frissonner et éprouver un peu de honte à la lecture de cette synthèse.


Avec le projet de loi Besson, la France risque de perdre encore un peu plus ce qui a toujours fait sa substance et sa richesse : sa capacité de générosité et ses valeurs républicaines d'aide aux
personnes dans le besoin et la souffrance. On touche toujours les pauvres en les frappant encore une fois en dessous de la ceinture, sur leur santé. On ne se contente pas de s'apprêter à passer
le remboursement de certains médicaments de 35 à 30% (ce qui ne comblera que très modérément le déficit mais par contre ce qui va peser parfois lourd sur le budget de certains malades aux revenus
limités), on va pénaliser l'ensemble des personnes malades, dans toute l'Europe et au-delà, avec parfois des conséquences potentiellement dramatiques en cas de renvoi chez eux (le gouvernement
prétend que chaque cas sera étudié pour voir si le malade expulsé peut bénéficier des soins adéquats dans son pays d'origine… je demande à voir !).

Cette synthèse est un bon complément de l'article sur J.-M. Salen, merci beaucoup !